Jeûne intermittent : pourquoi ça marche, quels sont les bienfaits ?

11 avril 2022



eau jeûne intermittent

Pour le bien-être de notre organisme, le Docteur Frédéric Saldmann, médecin cardiologue et nutritionniste, nous encourage à revoir certains principes de base de notre alimentation, en proposant d’essayer ce qu’il appelle « le jeûne séquentiel », ou plus communément appelé le jeûne intermittent. Le jeûne intermittent est une pratique alimentaire qui consiste à faire des périodes d’abstinence totale et des périodes de consommation normale d’aliments. Il existe plusieurs raisons de le pratiquer : pour son bien-être, pour le sport ou encore pour la perte de poids.

Notre coup de fourchette peut-être impitoyable… sur notre bien-être physiologique et psychologique. Du petit-déjeuner jusqu’au dîner, on avale à toute vitesse notre repas : la viennoiserie dévorée dans la voiture, le sandwich mangé devant son écran d'ordinateur au bureau. Et si on arrêtait d’engloutir ? Aujourd'hui, nous avons tendance à manger en trop grande quantité, trop vite, ou à des heures trop irrégulières.

Avec l'aide des conseils experts du docteur Frédéric Saldmann, on vous explique tout ce qu'il faut savoir sur le jeûne intermittent : ses bienfaits, comment le pratiquer, comment l'adapter à son quotidien et les erreurs à éviter.

Quels sont les bienfaits du jeûne ? Booster notre métabolisme et notre énergie

Au cours d'une période de jeûne (supérieure à plusieurs jours), notre métabolisme change son fonctionnement : le corps n'étant pas alimenté pendant un laps de temps, il vient à puiser son énergie dans ses tissus adipeux, ses petites cellules qui stockent le gras, autrement dit les lipides nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme et à notre énergie. Hors période jeûne, notre corps trouve son énergie dans les glucides, et ce n'est qu'une fois ce stock épuisé qu'il vient chercher son énergie dans la masse graisseuse. Pour observer ce changement métabolique, il faut pratiquer le jeûne plusieurs jours consécutifs.

Le jeûne intermittent fait-il maigrir ?

Le jeûne n’a pas pour vocation première la perte de poids. Pourtant, il pourrait bien y mener sur le long terme. Une étude du Baylor College of Medicine à Houston (Texas) a découvert que la pratique du Ramadan pendant 30 jours augmenterait le niveau de certaines protéines et par la même occasion réduirait notre production d’insuline : l’hormone qui favorise le stockage des graisses. Dans ces conditions le jeûne se révèle être un facteur de prévention contre le risque cardiovasculaire, le diabète, le surpoids et d’autres types de maladie... 

Le jeûne intermittent est-il mauvais pour la santé ?

Pendant le jeûne intermittent, le corps se détoxifie grâce à un renouvellement cellulaire. Le phénomène d'autophagie est une forme de nettoyage cellulaire : elles vont s'auto-réparer et enlever tout ce qui est endommagé ou non nécessaire. Ce nettoyage cellulaire permet donc l'amélioration de la santé du métabolisme.

Durant la période de jeûne on va observer une diminution des taux d'insuline et du glucose dans le sang ce qui va permettre, notamment au niveau du foie l'activation du mécanisme d'autophagie. L'organisme va ainsi se débarrasser des molécules qui ne sont pas correctement formées, dysfonctionnelles ou encore qui sont abîmées.

Selon l'étude de la Revue Médicale Suisse (RMS) publiée en 2018 « Le jeûne dans la santé et pendant la maladie », le jeûne séquentiel ou intermittent semble surtout disposer d’un véritable effet de prévention contre le cancer. Il permettrait de « déclencher des mécanismes de protection cellulaire » en activant l’autophagie (renouvellement cellulaire) qui découlerait sur la création de nouvelles cellules anticancéreuses comme le téprotumumab.

Notre corps, sans arrêt en activité, consomme beaucoup de ressources et a besoin de temps pour digérer des apports très, voire trop réguliers dans la journée. Grâce à cette méthode, on ménage certains organes très sollicités comme le foie, favorisant son travail de détoxication. On nettoie en profondeur notre organisme pour lui permettre de régénérer ses cellules.

Comment bien faire le  jeûne intermittent ?

Comment l’adapter à notre quotidien ? Pour mettre en place cette pratique spécifique, les consignes du Dr Saldmann sont relativement simples à mettre en place tous les jours, ou quelques fois par semaines. Sur une durée d’au moins 16 heures, et sans interruption, on ne mange plus. Seule la boisson est autorisée. On peut donc boire de l’eau, du thé, du café ou de la tisane sans aucun ajout. Boire régulièrement est en effet essentiel pour rester hydraté et se préparer en douceur au prochain repas sans pour autant souffrir d’un gros coup de fatigue.

Pour habituer son corps à ce nouveau rythme, pendant les trois premiers mois, le médecin conseille par exemple de favoriser le sentiment de satiété grâce à un gâteau basse calorie avec de l’eau et de l’agar-agar.

On veillera cependant à réserver cette pratique aux adultes en bonne santé. On exclut de fait, pour des besoins de croissance, les enfants, les adolescents, les femmes enceintes et en cas de contre-indication médicale.

Pourquoi 16 heures de jeûne ?

Pour respecter cette durée minimum de 16 heures de jeûne, plusieurs possibilités sont possibles selon son mode de vie. Le plus évident serait de profiter de la nuit où notre corps est déjà habitué à puiser dans ses propres réserves. En imaginant que l’on dîne aux alentours de 20 heures, il faudra attendre jusqu’à midi, le lendemain, pour déguster son premier repas de la journée, et s'abstenir donc d'un petit-déjeuner.

La clé de la réussite repose sur le rythme des repas. Pour respecter le plus possible le jeûne séquentiel, sans la sensation de faim ou des faiblesses, faire deux bons repas dans la journée semble être la solution la plus adaptée. Si nous mangeons, pour la plupart trois voire quatre fois par jour, nous pouvons adapter cette prise de nourriture pendant la journée pour adopter plus naturellement ce jeûne, bénéfique pour notre organisme.

Si les besoins énergétiques sont différents selon les activités de chacun, concentrer son alimentation sur deux repas pourrait favoriser une meilleure écoute des besoins de son corps pour entretenir une bonne routine alimentaire. Le jeûne favoriserait une approche plus naturelle de l’appétit pour mettre fin au « manger sans faim ».

Que manger pendant le jeune intermittent ?

Le jeûne intermittent ne préconise pas vraiment de menus spécifiques, mais on adopte de bons principes alimentaires et en évitant certains types d'aliments transformés et industriels. Il est très important de manger principalement des aliments sains et de ne pas surconsommer de nourriture pendant nos repas.

Les règles de base à suivre dans un jeûne intermittent sont de consommer au maximum des aliments pas ou très peu transformés, de consommer des protéines maigres ainsi qu'une grande quantité de légumes et de fruits, des glucides en quantité raisonnable et des bonnes graisses. On peut boire de l'eau, du café et d'autres boissons à zéro calorie pendant la période de jeûne pour nous aider à réduire la sensation de faim.